• Kultur01. Oktober 2021

    Zum 100. Geburtstag von Stanislaw Lem

    Meister des Spiels mit Möglichkeiten und Hypothesen

    von Nina Hager

    Am 12. September wäre Stanislaw Lem 100 Jahre alt geworden. Am 27. März 2006 ist er in Kraków gestorben – weltberühmt vor allem als Science-Fiction-Autor. Doch Lem sah sich nicht nur als das. Er, der Humanist und Aufklärer, der immer hoch interessiert an neuen wissenschaftlichen Entwicklungen war und sich mit Physik, Biologie, Kybernetik, Informationstechnologien und so weiter beschäftigte, war auch Essayist und Philosoph.

    Geboren wurde Stanislaw Herman Lem am 12. September 1921 in Lwow in der westlichen Ukraine, das damals (1918 bis 1939) zu Polen gehörte. Der Sohn einer polnisch-jüdischen Arztfamilie wuchs in behüteten Verhältnissen auf, studierte in Lwow von 1940 bis zur Okkupation durch das faschistische Deutschland 1941 Medizin, überlebte – anders als der Großteil seiner Familie – dank gefälschter Papiere, half dem Widerstand.

    Lem konnte nach der Befreiung weiter studieren, siedelte 1946 nach Kraków über und arbeite nach dem Studium in der Forschung. Schon während der Besatzungszeit hatte er aber auch zu schreiben begonnen. Während dieser Zeit entstand sein Kurzroman »Der Mensch vom Mars«. In der Nachkriegszeit schrieb er zunächst Kurzgeschichten, später auch Theaterstücke. 1948 entstand sein erster Roman »Die Irrungen des Dr. Stefan T.«.

    Über die Entstehung seiner ersten Werke schrieb Lem 1988 (»Irrläufer«, suhrkamp taschenbuch, 1992): »Die Motive der Entstehung literarischer Werke liegen gewöhnlich im Dunkeln und sind nicht unbedingt edel und erhaben (…) Es ist keine vorzügliche Literatur, nicht moralisch geprägt: es handelt sich um Spionagegeschichten mit leicht phantastischem Hintergrund (…) Ich versuchte mich an solchen Texten, ohne die leiseste Ahnung zu haben, daß einer der narrativen Pfade versanden und aus einem anderen auf für mich unerklärliche Weise eine über vierzig Jahre währende schriftstellerische Laufbahn entstehen würde.«

    Zu seinen ersten Geschichten, die nach der Befreiung entstanden, gehörte interessanterweise auch die Erzählung »Unser Mann in Hiroshima« als Reaktion auf eine Reportage John Herseys über Hiroshima und die Folgen der Atombombenabwürfe, die damals im »New Yorker« erschien – ein Thema, das Lem weiter beschäftigte. 1951 erschien sein utopischer Roman »Die Astronauten« (dt. »Planet des Todes«, in der DDR verfilmt durch die DEFA unter dem Titel »Der schweigende Stern«), in dem Lem eindringlich vor dem Mißbrauch und den Gefahren der Atomenergie warnte. Bis heute wird das Buch als Warnung und Mahnung verstanden.

    In der Folgezeit entstanden zunächst vor allem SF-Romane wie »Oblok Magellana«, 1955 (dt. »Gast im Weltraum«, 1956), der ihn weltberühmt machte. In den folgenden Jahren folgten seine humorvollen »Sterntagebücher« des Weltraumfahrers Ijon Tichy (1957), 1959 sein Roman »Eden« und 1961 »Solaris« (verfilmt 1972 durch den sowjetischen Regisseur Andrei Tarkowski, 2002 durch Steven Soderbergh), 1965 »Der Unbesiegbare« sowie Ende der 1960er Jahre »pünktlich« zu den Debatten um das »kybernetische Zeitalter« seine Erzählungsbände »Kyberiade« (1 und 2). Bis heute werden aber zudem nicht nur seine Erzählungen über den »Kadetten Pirx« beziehungsweise den »Piloten Pirx« gern gelesen, sondern auch Bücher wie »Der futurologische Kongreß« und viele andere.

    Während in »Gast im Weltraum« noch ein »typisches« Weltraumabenteuer erzählt wird, in dem sich die Raumfahrer von einer sozialistischen, geeinten Erde auf dem Flug zu einem fernen Planeten bewähren müssen, konzentrieren sich »Eden« und »Solaris« auf die Fragen »Was ist der Mensch?« beziehungsweise »Wie können Menschen mit nichtmenschlichem intelligenten Leben umgehen und sich mit ihm verständigen? (oder eben auch nicht)«.

    In »Eden« wird die Geschichte einer Gruppe von irdischen Raumfahrern erzählt, die nach dem Absturz ihres Raumschiffes auf dem Planeten Eden einer ihnen zunächst völlig unverständlichen dystopischen Gesellschaft begegnen. In »Solaris«, dem wohl berühmtesten Science-Fiction-Roman des Autors, geht es um die Möglichkeit eines völlig fremden, mit dem menschlichen nicht mehr vergleichbaren Bewußtseins einer Lebensform, die wie ein riesiges Meer aus Plasma einen ganzen Planeten umfaßt. In »Der Unbesiegbare« geht es – unter großen Opfern – um das Verstehen und die Akzeptanz der Ergebnisse einer Evolution von Maschinen, die sich dem Menschen gegenüber völlig gleichgültig verhalten und damit Todesgefahr bringen.

    Das Thema künftiger technologischer Entwicklung spielte bei Lem aber nicht nur hier, sondern immer wieder eine Rolle. Im Romanen und Erzählungen, aber auch in seinem eher philosophischen Buch »Summa technologiae« (1964) – in dem er neben Überlegungen zur künftigen Entwicklung der Menschheit vor allem solche über eine mögliche Techno-Evolution anstellte und dabei manche Entwicklungen vorausahnte. Lem erwies sich auch hier als »Meister« des »Spiels« mit Möglichkeiten und Hypothesen.

    Viele Romane, aber noch mehr Kurzgeschichten und Essays folgten. Aber auch philosophische Arbeiten, wie vor allem die zwei Bände zur »Philosophie des Zufalls«. Bislang wurden seine Bücher und Erzählungsbände in 57 Sprachen übersetzt. Sie erreichten insgesamt eine Auflage von mehr als 45 Millionen.

    Nina Hager

     

    Weiterlesen
  • Kultur30. September 2021

    Jusqu’au 3 octobre à l’Espace H2O d’Oberkorn

    Exposition des artistes résidents, le rendez-vous par excellence !

    de Michel Schroeder

    Lors du discours d’inauguration, le talent des artistes qui exposent jusqu’au 3 octobre à l’Espace H20 à Oberkorn (rue Rattem), a été largement souligné par l’échevin Robert Mangen. Au fil des années, ils ont évolué de façon significative, et font aujourd’hui partie des valeurs sûres et/ou des valeurs montantes de notre pays.

    Chaque automne cette exposition constitue un événement exceptionnel. Amies lectrices et amis lecteurs, faites plaisir à ces formidables artistes en allant vous rendre compte vous-même, sur place, de leur immense talent.

    Vous serez comblés par la diversité des techniques que vous aurez l’occasion de voir. La visite de cette exposition constitue une belle sortie, en couple, en famille.

    Cette année est une édition anniversaire, puisque c’est la 10ème fois qu’a lieu cette exposition des artistes résidents. Des artistes professionnels, ainsi que des artistes semi-professionnels. Mais, finalement, on ne sait jamais trop où se situe la frontière, où gravitent les uns, et où évoluent les autres ! Rendez-vous a été donné au talent dans différents modes d’expression, et le rendez-vous a été à la hauteur des attentes du public.

    Belle performance que celle proposée par Pit Vinandy, aux instruments, et par Egberdien van der Torre, expression corporelle, vidéo et récitation.

    Elles et ils sont 14 à exposer cet automne au H2O. En vous rendant au H20 à Oberkorn (ouvert de 15 à 19h), vous verrez des œuvres de Michèle Bagnod, Viviane Briscolini, Raymond Colombo, Noémie Flies, Mélanie Humbert, Amine Jaafari, Michel Kremer, Nuno Lorena, Kingsley Ogwara, Laurent Schiltz, Egberdien van der Torre, Pit Vinandy, Marco Weiten, Carole Wilmer.

    Bon vent aux artistes, bon vent à cette espace d’exposition extraordinaire dans lequel on met en avant les œuvres, le talent des artistes. Pour tous renseignements supplémentaires, vous pouvez contacter le Service culturel de la Ville de Differdange.

     

    Weiterlesen
  • Kultur29. September 2021

    A la Salle des Pendus à Lasauvage jusqu’au 3 octobre

    Avec Caroline Schmit sur les traces de la Terre Rouge

    de Michel Schroeder

    Caroline Schmit pose des repères, nous donne de nombreuses indications, nous permet de mieux percevoir et de mieux assimiler notre identité et nos identités patrimoniales, grâce à l’exposition de ses travaux qu’il est possible de voir jusqu’au 3 octobre à la Salle des Pendus à Lasauvage.

    L’artiste est encore toute jeune, car née en 1996. Il est donc d’autant plus fascinant de saisir son approche ou plutôt ses approches au sujet des traces que chacun de nous, ou en collectivité, veut laisser. Des traces qui sont invitées à rester dans la mémoire des autres. Mais, se demande l’artiste, qu’est-ce que tout cela pourra bien nous apporter pour notre futur !

    Elle est fort aigue, la conscience de Caroline Schmit en ce qui concerne l’écologie. Quelle implication sur l’environnement ont eu les activités minières et ou sidérurgiques sur la région du Bassin Minier ? L’être humain a laissé de nombreuses traces et empruntes ici, et là, de Lasauvage à Rodange, en passant par Differdange, Kayl, Esch-sur-Alzette …

    En réalisant ce projet, l’artiste a souhaité redécouvrir les mines, les sites d’exploitation à ciel ouvert, tous ces anciens sites, lieux et endroits, chargés d’histoire. Par son approche elle tente de saisir, de comprendre, d’expliquer le lien entre l’histoire de ces endroits et l’état dans lequel on les trouve aujourd’hui.

    Une artiste fascinée et fascinante

    Depuis bien longtemps Caroline Schmit éprouve une fascination pour le monde végétal, ainsi que pour les expressions artistiques. C’est lors de ses études en arts plastiques, à Amiens, ainsi qu’à Strasbourg qu’elle a décidé de combiner végétal et expression artistique, ce au travers ses projets : dessin, vidéo, sculpture, gravure et installation.

    La jeune artiste a déjà exposé lors de la «Jugendkonschtwoch» de Differdange, en 2019 et en 2021, à la Biennale des étudiants en art à Vianden en 2019 et en 2021, au Syndicat Potentiel à Strasbourg en 2020, au «Last Summer Dance» à Erpeldange en 2018 et 2019, ainsi qu’au «Food For Your Senses Festival» au Kirchberg, en 2019.

    L’endroit où sont exposés les réalisations de Caroline Schmit permet de mettre en valeur des photographies, ainsi que la projection sur le mur de la Salle ou encore la vidéo qui passe en boucle.

    L’atmosphère de la Salle des Pendus plonge visiteurs et visiteuses dans un passé historique, un passé qui fait partie de la mémoire collective de la région. Cette salle est à la fois belle, mais aussi étrange, rien que son nom vaut énigme. Qui étaient, en fait, ces pendus de Lasauvage ?

    La Salle des Pendus est une haute pièce qui pouvait contenir des centaines de vêtements, vêtements pendus sous le plafond. Cette Salle contient également les douches permettant l’indispensable décrassage après le retour «sur terre» des mineurs. Le nom Salle des Pendus tire son nom du système de poulies et de chaînes qui permettaient aux mineurs de suspendre leurs vêtements. Suspendus, alors que les mineurs remontaient généralement avec des habits de travail mouillés, les vêtements avaient l’avantage de sécher plus vite.

    Cette Salle fait écho aux œuvres de Caroline Schmit, car elle renvoie parfaitement bien à la mémoire collective, ainsi qu’au patrimoine.

    L’exposition des travaux de Caroline Schmit sera visible jusqu’au 3 octobre prochain, à la Salle des Pendus, Lasauvage. Cette exposition est organisée dans le cadre des Journées européennes du patrimoine, en collaboration avec la Commune de Differdange et le Minett Park Fond-de-Gras.

    Cette salle se situe à deux pas de la Brasserie de la Mine, à la hauteur du 153 rue principale.

     

    Lasauvage 1

    Weiterlesen
  • Kultur28. September 2021

    Bibliothèque publique régionale de Dudelange (1921-2021)

    Hommage à une digne centenaire

    de Michel Schroeder

    Cette année, la Bibliothèque publique régionale de Dudelange fête son centenaire. Créée au lendemain de la première guerre mondiale, cette bibliothèque a connu les vicissitudes du siècle, et accompagné la société civile dans les changements que celle-ci a connus.

    A ses débuts, elle avait surtout une mission éducative, ancrée dans les valeurs du 19ème siècle. L’occupant nazi essaya ensuite d’en faire un instrument de propagande, si bien qu’en 1946, il fallut, pour ainsi dire, repartir à zéro. Servant une population aux besoins changeants, la bibliothèque communale n’a cessé depuis d’adapter ses fonds et ses services aux exigences des temps, pour devenir, aujourd’hui, un espace moderne et inclusif, invitant à la lecture, à la découverte et à la rencontre.

    Je conseille à toutes les personnes qui sont intéressées par l’histoire de cette bibliothèque, d’acquérir le livre, de 120 pages, que Friederike Migneco lui a consacré. L’auteure est, depuis 1998, responsable de la bibliothèque. Elle a réuni toutes les sources archivistiques et imprimées permettant de suivre l’évolution de celle-ci. Friederike Migneco donne un panorama détaillé, ainsi que des aperçus inédits, du rôle de cette institution culturelle au sein de la société dudelangeoise, tout en partageant ses réflexions personnelles sur la place que les livres et la lecture seront appelés à occuper dans le monde de demain.

    Dans le paysage des bibliothèques communales du Luxembourg, cent ans de présence continue au service de la population ne vont pas de soi. A côté de Dudelange, seule la bibliothèque d’Esch-sur-Alzette, fondée en 1919, peut se prévaloir d’une histoire centenaire.

    Dudelange n’était certainement pas prédestinée à avoir une bibliothèque, qu’elle fut populaire ou autre. Les historiens sont unanimes à dire que, pendant la majeure partie du XIXème siècle, l’actuelle ville florissante n’était qu’un village comme il y en avait tant d’autres à l’époque au Luxembourg, avec une population ne dépassant guère 1.500 habitants. Ce n’est qu’à partir de 1885, date de la construction de l’usine, que la donne démographique changea sensiblement : de 5.000 habitants en 1890, leur nombre passa à près de 9.000 en 1900, pour dépasser les 10.000 en 1910.

    Avant la fondation de la bibliothèque de Dudelange, aïeule de celle que nous connaissons aujourd’hui, on notera que la ville a eu au moins trois bibliothèques corporatives : celle du Volksbildungsverein, celle de l’Arbeiter-Unterstützungsverein, et la Borromäusbibliothek.

    La création d’une bibliothèque populaire, sous tutelle communale, eut lieu après la seconde guerre mondiale.

    Changements fondamentaux des années soixante

    A partir des années soixante, une vision plus démocratique et réaliste du rôle que les bibliothèques étaient censées jouer au sein de la société civile s’imposa peu à peu. Ainsi, la littérature triviale, de lecture facile et de pur divertissement, qui n’avait pas été bien vue durant de longues années, étant donné qu’elle n’était pas considérée apte à promouvoir les bonnes mœurs et la bonne attitude face au travail, à la société et aux valeurs traditionnelles, fit, elle aussi, son entrée dans la bibliothèque de Dudelange. Avec les changements sociétaux survenus après mai 68, et l’expansion des mass médias, comme l’introduction de la télévision dans les ménages, les préférences du public furent prises en considération.

    Celles et ceux qui ont acquis l’habitude de lecture dès le plus jeune âge ont, comme le dit l’échevin à la Culture de la ville de Dudelange, Loris Spina, accès tout au long de leur existence à une ressource inépuisable cachant de nombreux trésors tel que, par exemple, l’activation du monde imaginaire. Plus généralement, le lecteur habitué qui lit pour le plaisir, tout comme celui qui s’intéresse de façon ponctuelle à des informations précises, trouvera à la bibliothèque dudelangeoise un vaste choix de livres, d’audiolivres et d’e-books.

    Programme de manifestations d’ici à la fin de l’année

    Les responsables communaux ont envisagé de donner à ce centenaire un caractère national, en organisant une série de manifestations culturelles destinées au public. Comme l’a expliqué le bourgmestre de Dudelange, les manifestations proposées permettent de sensibiliser un nouveau public à la lecture, et de rappeler aux lecteurs existants le rôle culturel de la bibliothèque au sein de la ville.

    Loris Spina explique qu’avec la présence de la bibliothèque publique régionale de Dudelange, qui fête cette année ses 100 ans d’histoire, et les activités de sensibilisation à la lecture organisées depuis plus de vingt ans, la ville a fait en sorte que les jeunes puissent développer leurs potentialités intellectuelles et psychologiques, et que les adultes puissent y trouver un lieu d’information et de distraction.

    Il vous sera possible, dans le cadre du centenaire de la bibliothèque de Dudelange, d’assister aux manifestations suivantes :

    – le 1er octobre, à 20h, au Centre culturel Op der Schmelz : lecture avec Francis Kirps. L’auteur y lira des extraits de ses livres

    – le 16 octobre, toujours à 20h au Centre culturel Op der Schmelz : «Drei Frauen aus Deutschland, eine literarische Revue». Gesine Cukrowski, Ann-Kathrin Kramer et Barbara Auer inviteront le public à faire la connaissance de Bettina von Arnim, Else Lasker-Schüler et Erika Mann, figures emblématiques de la littérature

    – le 27 novembre à 10h, en langue luxembourgeoise à la bibliothèque publique régionale de Dudelange : «d’Geschicht vun der Diddelenger Bibliothéik fir Kanner vun 6 Joer un, vum a mam Luisa Bevilacqua». Une lecture jouée, remplie de suspense et de rebondissements

    – du 1er au 31 décembre, vous pourrez visiter l’exposition «La Bibliothèque publique régionale de Dudelange, 100 ans d’histoire», ouverte de 9 à 22h à l’Hôtel de Ville de Dudelange. Cette exposition donne un aperçu de l’évolution de la bibliothèque depuis ses débuts jusqu’à nos jours. Son histoire y est racontée, d’abord de manière chronologique, et ensuite de manière thématique, sur des panneaux. Seront également exposés des documents importants relatifs à l’histoire de la bibliothèque, ainsi que des ouvrages du fonds des Dudelangensia.

    Pour toute information complémentaire, adressez-vous à la Bibliothèque publique régionale de Dudelange 24, rue du Commerce L-3450 Dudelange Tél. 516121-250/ bibliotheque@dudelange.lu

     

    Weiterlesen
  • Kultur28. September 2021

    Zum 450. Geburtstag von Michelangelo Caravaggio

    Ein Realist im Barock

    von Jenny Farrell

    Vor 450 Jahren, am 29. September 1571, wurde Caravaggio geboren und arbeitete in Rom. Die Kunstform dieser Zeit der Gegenreformation, mit einer spezifischen politischen Funktion, war der Barock.

    1591 kam ein junger Maler aus Norditalien nach Rom. Sein Name war Michelangelo Merisi, der nach seinem Geburtsort den Namen Caravaggio annahm. Er revolutionierte die Kunst in Europa. Caravaggios Realitätssinn, seine diesseitige Sinnlichkeit, berief sich auf den Realismus der Frührenaissance und entwickelte ihn weiter.

    »Der heilige Matthäus und der Engel«

    Das Gemälde von Caravaggio aus dem Jahr 1602 war ursprünglich für den Hauptaltar der Cappella Contarelli in San Luigi dei Francesi in Rom bestimmt. Es ist ein Bild, das in zwei Versionen existiert.

    Auf dem ersten Gemälde sitzt der heilige Matthäus auf einem Scherenstuhl, bekleidet mit kurzer Handwerkerkleidung, die Arme und Beine sind nackt. Seine Beine sind gekreuzt und sein linker Fuß durchbricht fast das Gemälde an der Stelle, an der ein Priester die Hostie bei der Messe hochhält. Hinzu kommt, daß Matthäus Plattfüße hat und Schmutz unter den Zehennägeln. Er scheint Schwierigkeiten beim Schreiben zu haben, denn seine Hände sind es nicht gewohnt, den Kiel zu halten, während er auf die Seiten blickt; sogar seine Schrift erscheint zu groß. Der Engel hilft ihm, das Evangelium zu schreiben.

    Der Betrachter sieht die Szene von oben. Es scheint, als habe Caravaggio Matthäus das Gesicht des Sokrates gegeben, der oft als bescheidener Mann dargestellt wird, der gesagt haben soll »Ich weiß, daß ich nichts weiß«. Der Klerus lehnte Caravaggios Interpretation des Heiligen als ungebildeten Bauern ab und kritisierte die intime Beziehung zwischen dem Apostel und dem Engel, der seine Hand hält. Caravaggio mußte ein zweites Bild malen.

    Das zweite Gemälde Caravaggios ist weniger realistisch. Matthäus trägt keine Arbeitskleidung mehr. Stattdessen ist er biblisch gekleidet und überragt den Betrachter. Der Engel schwebt über ihm, es gibt keinen Körperkontakt, und Matthäus schreibt allein.

    Religiöse Themen, zutiefst humanistisch dargestellt

    Caravaggio arbeitete hauptsächlich für den römischen Klerus. Folglich haben die meisten seiner Werke religiöse Themen, sind jedoch zutiefst humanistisch. Dieser Maler lehnte die stark ornamentale, leere und oft triumphale Barockmalerei ab. Er malte die alltägliche Wirklichkeit, die gewöhnlichen Menschen, denen er auf den Straßen Roms begegnete, darunter die Ärmsten der Armen – Bettler, Prostituierte, Kriminelle.

    Selbst seine religiösen Gemälde sind immer mit der Gewalt und den Entbehrungen verbunden, die Caravaggio überall sah. Er war nicht bereit wegzuschauen. Das ist das Leben, dem wir auf Caravaggios Gemälden begegnen, dies ist seine Zeit, der er nicht entkommen konnte. Das Leben um ihn herum war voller Schmerz und Caravaggios Beharren auf Realismus unterstreicht das. Aus diesem Grund kann er nicht bedenkenlos zu den Barockmalern gezählt werden. Die Realisten der folgenden Jahrhunderte konnten sich mit Recht auf ihn berufen.

    Als Caravaggio am 28. Mai 1606 im Streit einen Mann tötete, mußte er aus Rom fliehen und verbrachte den Rest seines Lebens auf der Flucht, hielt sich in Neapel, Malta, Messina und Palermo auf – und hinterließ Meisterwerke, die die europäische Kunst des 17. Jahrhunderts nachhaltig beeinflußten. Er starb im Exil, kurz nach seiner Ankunft in Porto Ercole, am 18. oder 19. Juli 1610, im Alter von nur 38 Jahren, und wurde in einem namenlosen Grab beigesetzt.

    Die Reformation

    Mit der Entstehung des neuen Bürgertums aus Handwerkern, Händlern und Kaufleuten beginnt die moderne, kapitalistische Epoche. Der künstlerische Ausdruck dieser neuen Ära bürgerlichen Selbstbewußtseins war die Renaissance. Die Reformation, die 1517 in Deutschland ihren Anfang nahm, war ihr religiöser Ausdruck. Die neue Klasse mußte ihren Anspruch auf politische Macht auf allen Ebenen legitimieren. Der Protestantismus ersetzte die stark hierarchisch geprägte feudale Kirche durch eine Kirche, die die Mittelsmänner abschaffte. Dies spiegelte das neue Denken wider, das die etablierte politische Hierarchie in Frage stellte und – zumindest theoretisch – den Zugang zu politischer Macht für alle anstrebte.

    Die Reformation hatte den Katholizismus in vielen Teilen Europas zum Rückzug gezwungen. Außerhalb Britanniens gab es jedoch keine erfolgreiche bürgerliche Revolution, die die wachsende wirtschaftliche Macht des Bürgertums konsolidiert und den Feudalismus beseitigt hätte. Stattdessen bildete sich der Feudalabsolutismus heraus. Der Adel blieb die herrschende Klasse, obwohl zunehmend kapitalistische Formen das Wirtschaftsleben prägten.

    Die Gegenreformation

    Als Gegenreformation bezeichnet man die hauptsächlich politischen und militärischen Aktionen des Katholizismus zwischen 1555 und 1648, die darauf abzielten, die durch die Reformation in Mitteleuropa geschaffenen Verhältnisse umzukehren. Ihre führende Kraft waren die Jesuiten. Die Gegenreformation führte zum Wiederaufleben des Katholizismus, zu bedeutenden politischen Machtverschiebungen in Europa und zur Rückgewinnung von Österreich, Böhmen und Polen für den Katholizismus. Die Gegenreformation und der Barock gingen Hand in Hand. War die Renaissance schon eine blutige Zeit, so war die Gegenreformation noch blutiger.

    Das Barock

    Die Künste reflektieren den disparaten Charakter dieser Zeit. Die herrschende Klasse gaukelte sich eine Macht vor, die sie schon lange nicht mehr besaß. Damit einhergehend entstand eine noch nie dagewesene Klassendifferenzierung in der Kunst. Neben der Herrschaftskultur des Adels entwickelten sich bürgerlich-demokratische und großbürgerliche Kulturformen. Während sich die Interessen des mit dem Adel verbundenen Großbürgertums im Barock widerspiegeln, fanden die demokratischen Tendenzen ihren Ausdruck in realistischen Kunstwerken.

     

    Matthäus als biblische
    Gestalt

     

    Bei der zweiten hielt Caravaggio sich an die Regeln und malte Matthäus als biblische Gestalt

    Weiterlesen
  • Kultur25. September 2021

    Équinoxiales chez Schortgen

    de Giulio-Enrico Pisani

    Mais de quel droit me permets-je de substantiver l’adjectif équinoxial(e)? Est-ce pour dénommer le magique éventail d’architectures surréalistes que je vous ferai découvrir aujourd’hui en période équinoxiale? Ou bien est-ce parce que l’équinoxe d’été a été fixé cette année par les grands sorciers du calendrier et du cosmos au 22 septembre et non pas à l’usuel 21? Mais au fond, que cela peut-il nous faire, puisque nous devrons «faire avec», et nous moquer des fantaisies du calendrier pour accéder de nouveau à cette exubérance artistique qu’expose comme de coutume la Galerie Schortgen (1) en plein Luxembourg centre? Aussi, en attendant de pouvoir jouir sur place de cette nouvelle expo, profitons donc des présentations de notre bonne vieille Zeitung vum Lëtzebuerger Vollek, à commencer par celle de

    Marina Sailer

    et de ses oeuvres. Bien sûr, certains parmi vous auront déjà admiré entre décembre 2018 et janvier 2019, ou en avril 2020 les créations de cette extraordinaire artiste, qui nous vint de Biélorussie via l’Allemagne. Mais à part la fidélité au style si caractéristique de ses scénographies genre architecture Armageddon romantique, tout est chez elle authentique créatrice découverte et renouveau. Est-ce à dire ce qui pourrait renaître de «l’après la fin de l’homme»? L’oeuvre humaine aura-t-elle encore une chance et ce qui en renaîtra encore une raison d’être? Un charme? Un avenir? Et pourquoi pas? Peut-être que volatiles et insectes venant égayer ci et là une ombre de mélancolie planant sur ses somptueuses mises en scène l’expriment à leur manière... Peut-être leurs battements d’ailes engendreront-ils un grand ouf... Quoiqu’il en soit, la vie continuera... Autre, certes, mais comment?

    Le peintre, graphiste et écrivain Helmut Kesberg découvre à son tour l’univers aussi fantasmagorique qu’apparemment pessimiste de Marina Sailer et n’hésite pas à parler de ses tableaux comme d’une ouverture, voire d’une prémisse dans un univers de rêve. «... ils vivent de la charge d’émotions de l’artiste..», nous confie-t-il avant de s’expliquer: «...Comme sur une scène, elle crée avec des fragments de ses propres souvenirs, de sa fantaisie et du monde de ses idées une réalité fantastique...» À quoi j’ajouterais volontiers «...de ses craintes.», car c’est à raison que l’on a rapporté la peinture de Marina Sailer à la théorie de l’art romantique de Novalis dans son fameux «Tout est noué dans notre esprit de la manière la plus étroite, obligeante (2) et vivante...».

    Il y a donc encore de l’espoir? Bien sûr! En effet, au-delà des visions quasi-millénaristes que présentent la plupart de ses tableaux, où la nature semble vouloir se venger d’une civilisation qui l’a tant méprisée et négligée, c’est des toiles comme «Unbekanntes Land», magnifique huile & acrylique 160x90 cm, qui nous sauvent des flots avides de nous engloutir. Comment? Justement, en mettant les voiles vers cet unbekanntes Land, ce pays inconnu, ou si peu connu, qu’est la culture, et ainsi nous ouvrir au monde, oser le voyage vers l’ailleurs, vers les autres, plutôt que de nous refermer frileusement en nous-mêmes.... Il est vrai, que nous n’en sommes pas encore là. Mais en est-on tellement éloigné? Et si la bêtise humaine permettait à la nature de nous prendre de vitesse et qu’elle nous détruisait avant que nous l’ayons détruite? L’art constitue en tout cas un premier cri ‘casse-cou!’ et de splendides toiles à technique mixte comme, par exemple, «Azaleenwald», «Das Königshaus», «Vor der Zeit», ou «Schloßallee» en sont le meilleur héraut. Émerveillement garanti!

    Après ce bref aperçu sur la peinture de cette plus que talentueuse artiste, me voici amené à vous toucher un mot sur ses talents de sculptrice qu’elle nous dévoile pour la première fois. Je vous avouerai toutefois, amis lecteurs que, bien qu’exécutées avec un savoir-faire artisanal impeccable, toutes ses sculptures ne m’enthousiasment pas autant que ses tableaux. Ses deux demi-bustes (ou têtes) aux visages éclairés d’un sourire niais, coiffés respectivement d’un essaim de papillons et d’un oiseau ailles grand déployée sont jolis, me font davantage sourire qu’évoquer quelque symbole ou allégorie. Deux belles réussites par contre sont cette main qu’escalade un éléphant et cette autre main d’où s’envolent des papillons. Aussi originales qu’exquises, ces deux oeuvres sont un goût très sûr et en appellent autant à la réflexion qu’à l’esthétique. Je n’hésiterai pas à parler de chefs d’oeuvre.

    Marina Sailer est née à Vitebsk, en Biélorussie, a étudié de 2000 à 2001 à l’Académie des Beaux-arts de Karlsruhe/Fribourg, puis de 2001 à 2007 à celle de Düsseldorf, ville où elle vit et travaille. Son message? Est-il possible que l’appel jaillissant de ses somptueuses mises en scène tout à la fois surréalistes et baroques, où seul les couleurs font preuve de modération, que cet appel donc, ne soit pas voulu par l’artiste? Ou bien si? En tout cas, pour l’heure, sa peinture illustre puissamment un possible futur où, à l’instar des Khmers et Mayas aux somptueuses cités dévorées par la jungle, l’œuvre humaine risque de ne plus être que souvenir perdu dans une nature qui, elle, en a vu d’autres. Étrangement, c’est dans ses sculptures, que Marina renoue avec l’espoir. Affaire à suivre et... à ne pas manquer! Mais tournons nous à présent vers les quelques sculptures drolatiques de

    Matthias Verginer,

    qui eussent mérité mieux qu’être rajoutées en surplus dans un espace, qu’elles occupent avec l’à-propos des bouts de saucisse sur une pavlova fruits rouges et chantilly. Ceci dit, Mathias Verginer est plus que talentueux. Il a du génie.et, ce qui ne gâche rien, ses sculptures sont franchement drôles, plaisantes et parfaitement exécutées, ce qui est rare de nos jours, où l’on qualifie d’art n’importe quel assemblage ou gribouillage. À défaut de s’insérer harmonieusement dans la salle d’expo, les athlètes et gymnastes féminines assez dodues exhibant leurs talents dans le plus simple appareil mettront surement la plupart des visiteurs en joie.

    Et voici, à peine remanié/abrégé, ce qu’en dit notre galeriste : «Artiste sculpteur sur bois d’origine italienne, Matthias Verginer naît en 1982 à Bressanone (Haut-Adige / Südtirol) et développe son talent à l’Ecole d’Arts à Selva Gardena. Sa spécialisation: le bois! Ses œuvres se caractérisent par l’originalité́ et l’humour. L’artiste nous présente la femme sous un angle autre que celui qu’impose le diktat haricot vert des médias et réseaux sociaux. Ses femmes sont belles, saines et bien en chair. Matthias Verginer les met en scène dans des situations courantes, comme dans des poses insolites combinées à de charmants animaux. Ses femmes, qui avec leurs rondeurs rêvent de voler comme des super-héroïnes, poussent le spectateur à s’interroger sur le message qui se cache derrière ces personnages. Notre être ne se définit pas par l’image qui nous est imposée, souvent basée sur la mode, le statut et le pouvoir, mais bien par tout  ce qui nous rend uniques et vrais… »

    ***

    1) Galerie Schortgen, 24, rue Beaumont, Luxembourg centre. Exposition mardi à samedi de 10,30 à 12,30 et de 13,30 à 18 h, jusqu’au 20 octobre.

    2) Difficile de savoir si par «gefälligst» Novalis, le philosophe, entendait «obligeant», «complaisant» ou «plaisant». Un peu des 3?  Ce n’est pas impossible.

     

    Weiterlesen
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | ... 335 |