• Luxemburg

    Année Internationale de l’Astronomie 2009 au Luxembourg

    Le lancement officiel de l’Année Internationale de l’Astronomie 2009 (AIA2009) au Luxembourg aura lieu le mardi 3 mars 2009 à 18 h 00 dans la salle »Aula« de l’Athénée du Luxembourg, 24 bd Pierre Dupond. Le comité d’organisation de l’AIA2009 au Luxembourg invite à participer à cette inauguration durant laquelle seront révélées les multiples activités qui auront lieu tout au long de l’année.

    La conférence d’ouverture »Eis Plaz am Universum« destinée au grand public sera présentée par l’astrophysicien luxembourgeois Jean-Luc Lehners. Les interludes musicaux seront assurés par la pianiste luxembourgeoise Cathy Krier. Le Dr. Jean-Luc Lehners est post-doc au »Princeton Centre for Theoretical Science, USA« , un nouvel institut de l’Université de Princeton. Jean-Luc Lehners travaille essentiellement dans le domaine de la cosmologie et de la théorie des cordes.

    Durant sa conférence, destinée à un large public non spécialiste, il abordera l’évolution des connaissances quand à la compréhension de notre Univers et des étapes qui y ont mené. Il ne manquera cependant pas d’évoquer les nombreuses questions restées encore sans réponses.
    Finalement, il esquissera le modèle d’un Univers cyclique dans lequel notre Univers rentre périodiquement en collision avec un univers parallèle. Chaque collision correspond à un »Big Bang« qui définit les grandes structures de l’Univers pour un nouveau cycle. Cette théorie, qui sera testée prochainement grâce à des observations satellitaires, prédit ainsi que notre univers est beaucoup plus âgé que ce qui a été supposé jusqu’à présent.

    Pour assister à cette conférence, précédée par la présentation du programme de l’Année Internationale de l’Astronomie au Luxembourg, il est recommandé de s’inscrire sur le site www.astronomy2009.lu.

    L’AIA2009 au Luxembourg est organisée par le Musée national d’histoire naturelle, les Astronomes Amateurs du Luxembourg, l’Université du Luxembourg et bénéficie du soutien du Fonds national de la Recherche et de la Société Européenne des Satellites. Contact et information : Eric Buttini, Musée national d’histoire naturelle, tél. : 46 22 33-410

    Weiterlesen
  • Luxemburg

    Projet Go4lunch

    Projet à but commercial ?

    de

    Go4lunch a été obligé de cesser ses activités le vendredi 12 décembre. Les demandeurs d’asile et toute l’équipe vous remercient de votre soutien tout au long de notre projet-pilote ! Voilà ce que l’on peut lire aujourd’hui lorsque l’on visite le site web de Go4lunch. C’est tout ce qui reste d’un projet comme on en voit peu, et qui ne méritait vraiment pas une telle fin.
    Il y a peu, la ministre de la Famille, Marie-Josée Jacobs, a répondu à la question parlementaire du député Marc Angel, dans laquelle celui-ci a demandé pourquoi le gouvernement à cessé de soutenir ce projet, qu’il qualifie d’ »exemplaire« , pour avoir permis le rapprochement entre les demandeurs d’asile et les autres résidents du Luxembourg  ?
    La ministre commence par rappeler que les cofinancements du Fonds européen pour les réfugiés, ainsi que du Fonds européen d’intégration des résidents des pays tiers, mis en place par le Commissariat du gouvernement aux étrangers qu’elle dirige, sont limités à trois ans. Elle souligne aussi que le projet Go4lunch a bénéficié durant trois ans d’un cofinancement à parts égales, du Fonds européen pour les réfugiés et du budget du Commissariat du gouvernement aux étrangers, se contentant de dire du projet qu’ »il a eu le mérite de contribuer à l’activation et à la formation d’un certain nombre de demandeurs de protection internationale (DPI)« .
    Quant aux raisons, elle déclare que les personnes travaillant dans le cadre du projet, n’étaient pas rémunérées mais recevaient des chèques cadeaux d’une valeur très inférieure au salaire minimum légal. Selon elle, la poursuite du projet aurait engendré des coûts, du fait qu’ils auraient dû être engagés par le biais d’une autorisation d’occupation temporaire avec payement du salaire social minimum. De plus, comme elle considère qu’il s’agit d’un projet »à but commercial« , il aurait dû, après une phase initiale de trois ans, s’autofinancer en grande partie.
    Son second argument, est que l’employabilité des personnes formées dans cette initiative n’a pas pu être retracée.

    Et enfin, elle fait savoir que dans le cas de projets à »finalité commerciale« , il existe des restrictions en matière de financement public.
    Il est clair qu’un élément important à la base de ces justifications est qu’il s’agit d’un projet à but commercial.

    Mais comment est-il possible de dire que ce projet à un but ou une finalité commerciale  ? Serait-ce qu’offrir un cours de langue et une formation de base, en restauration et à la vente, aux demandeurs d’asile est une activité commerciale  ? Mettre fin à l’oisiveté et à l’isolation auxquelles ils sont condamnés (interdiction de travailler), qui constitue une véritable torture pour ces personnes, ou encore leur permettre de s’intégrer plus facilement au travers des contacts qui se faisaient entre eux et les autres résidents, sont des activités commerciales  ?

    Go4lunch représentait-il un danger pour les autres acteurs de ce secteur ?

    Lorsque la ministre dit »un certain nombre de DPI« , se rappelle-t-elle, qu’en trois ans, 130 personnes ont bénéficié de ce projet  ?

    Que sont devenues, près de deux mois après la fermeture, les 12 personnes qui y travaillaient à ce moment ? Une, régularisée, a trouvé un emploi dans la restauration. Les autres, comme tous les DPI, font ce que tout être humain ferait quand à chaque moment on peut venir le prendre et l’enfermer, avant de l’expulser, au mieux, vers sa famille qui tente de survivre à la misère.

    La fermeture de Go4lunch et le découragement découlant de l’absence de réponse positive à leur demande d’asile on découragé et renforcé les craintes d’expulsion de bon nombre de DPI. Parmi eux, des musiciens de l’Africulture group qui a décidé de ce fait de mettre fin à ses activités. D’autres musiciens continuent malgré tout à faire connaître leur culture en donnant, ci et là, notamment dans des écoles, des cours de djembé (Pour infos, contacter l’Asti). Malheureusement, l’un d’entre eux, enfermé au Centre pénitentiaire, attend d’être embarqué sur un vol vers le Ghana.

    Ils laissent un grand vide derrière eux, pas seulement pour les bons moments que l’on a passé grâce à eux, mais surtout pour la chaleur humaine qu’ils transmettaient et la grande dignité dont ils faisaient preuve. Leur hymne, »We shall not be moved« , restera gravé dans les mémoires de ceux qui l’ont entendu et chanté en chœur avec eux.

    Rien ne peut justifier une telle décision  !

    I.P.I

    Weiterlesen
  • Luxemburg

    Neue NATO-Agentur NAMA kommt nach Capellen

    de

    Armeeminister bekräftigt Teilnahme Luxemburgs <br/>am NATO-Krieg in Afghanistan

    Die im September vergangenen Jahres gegründete neue NATO-Agentur NAMA wird vorübergehend in Luxemburg untergebracht. Ein entsprechendes Abkommen mit Gunnar Borch, Generaldirektor der »NATO Airlift Management Agency« , hat Vizepremier und Außenminister Jean Asselborn einer Pressemitteilung seines Ministeriums zufolge am vergangenen Freitag unterzeichnet. Dieses sehe vor, daß die zum Betreiben dreier Militärtrans-portflugzeuge vom Typ C-17 gegründete NAMA bis 2010 im Großherzogtum bleiben und in Capellen auf dem Gelände der dort seit 1968 ansässigen »NATO Maintenance and Supply Agency« (NAMSA) untergebracht wird. Im Laufe des Jahres 2010 soll die NAMA ihren definitiven Sitz im westungarischen Pápa bekommen.

    Die drei C-17 Militärtrans-porter werden im Rahmen der »Strategic Airlift Capability« (SAC) von 13 NATO-Staaten und mit Finnland und Schweden von zwei angeblich neutralen EU-Staaten gemeinsam angeschafft und zentral gewartet. Auffallend ist, daß sich neben den fünf Gründungsmitgliedern USA, Italien, Niederlande, Norwegen und Dänemark auch die 1999 in die NATO aufgenommenen osteuropäischen Staaten Polen, Tschechien und Ungarn sowie die erst 2004 hinzugekommenen baltischen Staaten, die Slowakei und Slowenien an NAMA beteiligen.

    Wie es in der Mitteilung des Außenministeriums weiter heißt, ist die C-17 ein militärisches Transportflugzeug, daß 77 Tonnen Fracht aufnehmen kann und mit einem Aktionsradius von 4.500 Kilometern eine interkontinentale Reichweite hat. Die C-17 wurde vom US-amerikanischen Rüstungskonzern McDonnell Douglas entwickelt und wird seit dessen Übernahme von Boeing produziert. Die US Air Force setzt die Flugzeuge bereits seit 1993 ein, seit 2001 werden sie auch von der britischen und seit 2006 auch von der australischen Luftwaffe eingesetzt. Herstellerangaben zufolge ist es mit einer C-17 möglich, »jegliche Ausrüstung von der Heimatbasis direkt bis in die Kampfzone zu transportieren« sowie Fracht oder Fallschirmtruppen während des Fluges abzusetzen.

    Derweil hat der gerade von der sogenannten Münchner Sicherheitskonferenz zurückgekehrte Armeeminister Jean-Louis Schiltz am Montag das militärische Engagement Luxemburgs am Hindukusch bekräftigt. Gegenüber dem Radiosender DNR erklärte er, es sei wichtig, daß Luxemburg, das bisher neun Soldaten am Kabuler Flughafen stationiert hat, »weiterhin seinen Beitrag in Afghanistan leistet« . Für die NATO sei es »fatal« , wenn eines ihrer Mitglieder sich dazu entscheiden sollte, »sich nicht mehr truppenmäßig zu beteiligen« . Auf »Spekulationen« , wann das »Engagement der NATO in Afghanistan« beendet sein könnte, wollte sich Schiltz gestern nicht einlassen.

    oe

    Weiterlesen
  • Luxemburg

    Au Lycée de Garçons de Luxembourg :

    »Let’s Get Loud«

    Qu’une école ne soit pas seulement un endroit où l’on gave l’élève de connaissances, le Lycée de Garçons de Luxembourg (LGL) le prouve depuis des années déjà. Dans cet ordre d’idées, bien souvent ses élèves ont présenté au public leurs talents artistiques. Ainsi ces 5 et 6 février, la musique sera à l’affiche avec la 3e édition de »Let’s Get Loud« . Bien que situé à l’au-tre côté de la Ville que le Conservatoire de musique, le LGL attire chaque année de nombreux musiciens de qualité dans ses rangs. Et c’est ainsi que sous la direction de Mmes Michèle Lentz et Simone Schuster, toutes deux professeures de musique à l’établissement, une bonne centaine d’artistes en herbe se présenteront sur la scène de la salle des fêtes dans le cadre de ce spectacle.

    Le programme est fort diversifié, puisqu’on y retrouve autant la musique contemporaine que la musique classique, autant »Red Hot Chili Peppers« que Mozart, mais aussi autant un solo de violoncelle qu’une chorale. Sur la scène défileront des élèves solistes, des groupes parascolaires, des classes entères, des groupes à option, mais aussi d’anciens élèves ou … des professeurs. Enfin le groupe de danse animé par Mme Tockert s’insérera également dans le programme.

    Dès maintenant la séance du 6 février (19 heures) est au complet ; il reste encore des places pour le jeudi 5 février à 19 heures. Et même si l’entrée est libre, il vaut mieux réserver dans les meilleurs délais au 22 23 02.

    Weiterlesen
  • Luxemburg

    Je pleure pour toi, Palestine... mais pas seulement

    Sur le blog d’un ami, on m’a vu écrire il y a peu : Mahmoud Darwich(1) a raison, cher ami, de clamer que »Cette terre est plus petite que le sang de ses enfants...« . George Orwell et Orson Welles nous ont offert »la guerre des mondes« et »la planète rouge« .

    La science fiction est, comme d’habitude, dépassée ; et guère n’est besoin de quitter notre terre pour la voir se réaliser. J’ai pourtant aimé lorsque (toi, l’Arabe) tu as répondu à P.S. (le juif) sur ton blog, »merci homme juste !« , tout en trouvant peut-être l’expression un peu pompeuse. Mais cela m’a fait penser au titre de »Juste entre les nations« que les Israéliens donnent à ceux qui les ont protégés de la fureur nazie. Ne faudrait-il pas que les Arabes accordent ce titre (ou quelque chose d’équivalent) aux Daniel Barenboïm, aux Noam Chomsky, aux P.S., aux Uri Avnery ou autres Jenifer Loewenstein ? Ils sont beaucoup plus nombreux qu’on le pense : mieux, une multitude ! Et pourtant, trop peu nombreux – quelle impuissance !« 

    Un peu plus loin, c’est P.S. lui-même qui écrit entre autres : »Oui, nous seuls, femmes et hommes de lettres, artistes, poètes, écrivains nous sommes impuissants à arrêter ces bras armés qui se sont abattus sur les peuples en Palestine.« 

    C’est vrai que nous sommes tous bouleversés, non seulement par les faits eux-mêmes, mais également par notre impuissance à les arrêter, ces bras armés. Car si les intellectuels peuvent critiquer, stigmatiser, voire condamner la violence, jamais ils n’ont été capables de l’empêcher ni de l’arrêter. Le fait est, que cette tragédie est bien plus vaste que la Palestine, plus vaste même que tout que le Moyen Orient, aussi vaste que l’humanité en réalité. Et, »Ces bras armés ne se sont pas seulement abattus sur les peuples en Palestine, P.S.« , écrivis-je à mon tour sur ce blog.

    En effet, ces bras armés entretiennent le choléra dans les bidonvilles de Calcutta, le crack dans les favelas de Rio, les massacres de musulmans par des hindous et les tueries d’hindous par des musulmans, les razzias sur les populations du Darfour, les massacres au Burundi, les enfants embrigadés, violés, affamés dans le monde entier, ils font boire la bilharziose aux miséreux du Nil, crever du choléra ceux de Bombay et j’en passe…

    Et ces bras armés qui se sont abattus sur le peuple en Palestine, ne constituent qu’une pustule, qu’un bubon, particulièrement tragique est-il vrai par sa durée, de la grande peste capitaliste, coloniale, néocoloniale et impérialiste propagée et imposée manu militari, quand ça ne va pas autrement. Oui, car les bras armés n’interviennent dans toute leur brutalité que lorsque les politiciens madrés n’arrivent pas à suffisamment mobiliser la Bible, le Coran ou Mammon, pour que les pauvres s’affrontent et se massacrent entre eux au nom de dieux que les hommes ont crées de toutes pièces à leur image.(2)

    Car ces bras sont armés directement ou indirectement par les grossiums, les multinationales, les spéculateurs, les marchands d’armes et les marchands d’illusions terrestres ou célestes, qui continuent à imposer leur peste grâce une intelligentsia politique plus ou mois associée, par l’embrigadement à travers le monde de centaines de millions de mutants militaires, religieux ou civils, corrompus ou fanatisés, auxquels manque sans doute un gène sapiens(3), mais ni la malignité, ni la rouerie, ni l’opportunisme, ni la brutalité.

    Dûment embrigadés, pilotés, subventionnés, payés, généralement eux-mêmes manipulés et roulés dans la farine, ces bras armés font aussi la pluie et le beau temps, la guerre et la paix grâce à l’état d’ignorance, d’inertie, de peur, de misère, de superstition et de guerre(4), dans lesquels sont maintenus les milliards de damnés de la terre qui leur servent d’humus nourricier, ce qui permet aujourd’hui aux gros capitalistes de manipuler, piller, spolier, s’accaparer tout ce sur quoi ils estiment arbitrairement posséder des droits encore bien plus subtilement que hier et avant-hier.(5)« 

    Mais, ce que je n’ai pas écrit sur ce blog consacré essentiellement aux échanges poétiques, donc pour ne pas abuser de l’hospitalité de mon hôte virtuel et transformer le site à son tour en champ de bataille, c’est que ces bras armés sévissent aussi en toute impunité grâce au silence. Je parle du silence tonitruant des indifférents, des prudents, des singes de la sagesse qui n’entendent, ne voient et ne disent rien, des Pilate, des égoïstes, des je-m’en-foutistes, des »non concernés« , de tous ceux enfin qui ne font leur vie durant ni grand bien ni grand mal, et que Dante appela dans son Enfer »Ces êtres vils, qui jamais ne vécurent« .

    Et ce que je n’y ai pas écrit non plus, c’est que ces bras armés, le sont aussi par l’incroyable bêtise de l’Empire et de ses séides. Cette stupidité est parfois une chance, mais aussi souvent source de grands malheurs. Ce fut notamment la connerie de la politique néocoloniale états-unienne en Amérique latine et ça l’est toujours à Cuba, en Georgie, en Afghanistan, en Iraq, en Palestine et en bien d’autres lieux. Deux exemples :

    Sur l’Afghanistan on peut lire par exemple dans le Site ICL, Femmes et Révolution : »Pendant plus d’une décennie, les impérialistes ont armé les (...) moudjahidines jusqu’aux dents, les organisant pour mener une guerre par procuration contre l’armée soviétique et le Parti démocratique populaire d’Afghanistan (PDPA). Le martyre de l’Afghanistan est un produit direct du cataclysme contre-révolutionnaire qui a abouti à la restauration du capitalisme en Europe de l’Est et dans l’ex-Union soviétique. Cela a enhardi les forces réactionnaires non seulement dans des régions arriérées comme l’Afghanistan mais aussi en Europe occidentale et aux USA. (...) Les horreurs en cours en Afghanistan aujourd’hui constituent l’expression la plus crue de l’alternative qui a été posée pendant tout ce siècle et qui se pose avec de plus en plus d’acuité et d’urgence : socialisme ou barbarie...« .

    Les États-Unis ont littéralement parrainé Al Qaïda, tout comme Israël soutiendra le Hamas contre le Fatah. Sempiternelle histoire de l’arroseur arrosé !

    Et voilà pour la Palestine un extrait de ce qu’en dit le journaliste israélien Uri Avnery – que vous connaissez bien – dans son article de ce 3 janvier paru dans »Gush Shalom« , traduit par »Contre Info« et publié sur son site http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2454: »Toute une génération de dirigeants arabes, une génération imprégnée de l’idéologie du nationalisme arabe laïque, les successeurs de Gamal Abd-al-Nasser, Hafez al-Assad et Yasser Arafat, pourrait être balayée de la scène. Dans le monde Arabe, la seule alternative viable est celle de l’idéologie fondamentaliste islamique. Cette guerre l’écrit en lettres capitales : Israël a manqué une chance historique de faire la paix avec le nationalisme arabe laïque. Demain, il pourra être confronté à un monde arabe uniformément fondamentaliste, un Hamas multiplié par mille...« .

    Souvenez-vous donc, amis lecteurs, de mes articles dans notre Zeitung du 27.11. 2002 : »La Fabrique de terroristes », ainsi que ceux des 1, 2 et.3 avril 2004 sur le Terrorisme, où je démontrais comment « La cause première du terrorisme est la souffrance, accouplée au désespoir ; et que sa promotion est l’oeuvre de ceux qui causent cette souffrance et ce désespoir« . Si vous avez l’occasion de les relire, c’est tant mieux.(6) À bon entendeur salut !

    ***

    (1) Mahmoud Darwich : poète palestinien né en 1941 à Al-Birwah (Galilée) et mort en 2008 à Houston (USA).

    (2) Voltaire : »Dieu a fait l’homme à son image, mais l’homme le lui a bien rendu.

    (3) Espèce »homo sapiens deficens« ? Ne serait donc pas vraiment un animal doué de raison, comme le dauphin, ou le bonobo. Peuplerait la terre simultanément à son cousin »homo sapiens sapiens« .

    (4) Que le prétexte d’une guerre soit ethnique, religieux, nationaliste ou autre, sa cause profonde et première est toujours économique.

    (5) Époques auxquelles les nobles, les aventuriers, puis les grands bourgeois avides et dépourvus de scrupules conquéraient le monde et étaient fiers de leur cruauté comme de leurs abus, lorsque aujourd’hui les exploiteurs des pauvres donnent aux oeuvres caritatives (sous déduction fiscale), cultivent l’humanitaire genre Lions et se mouillent de larmes de crocodile bienséantes.

    (6) Quant à l’actualité palestinienne, lire aussi l’excellent article de Mona Cholet sur http://peripheries.net/article321.html: »Des »barbares« bombardés à Gaza : Construire l’ennemi« .

    Giulio-Enrico Pisani

    Weiterlesen
  • Luxemburg

    Lettre ouverte

    Vague de froid au nouveau Lycée Technique Mathias Adam

    Personne n’aime emménager dans une maison qui n’est pas fonctionnelle encore. Pourtant c’est ce que vous avez exigé des élèves, des enseignant(e)s et de tout le personnel technique et administratif en septembre 2008, quand vous avez ouvert les portes du nouveau LTMA, en plein chantier encore. Malgré la poussière omniprésente qui n’arrangeait pas du tout les personnes allergiques, malgré les ouvriers qui dérangeaient le déroulement des cours, malgré de nombreuses salles inachevées, malgré un flagrant manque d’infrastructure nécessaire à un enseignement digne de ce nom, malgré un restaurant scolaire aux repas indigestes, malgré un système d’alerte hors service, les enseignant(e)s ont décidé de faire contre mauvaise fortune bon cœur et de donner tout d’abord une chance aux responsables afin de remédier au plus vite à toutes ces carences.

    Mais maintenant, une semaine avant l’inauguration officielle de notre lycée, le vase déborde, car la situation est toujours intenable. Avec les températures extérieures qui chutent, nous devons enseigner et séjourner dans des salles froides. Dans plus de 30 salles de classe (1/3 du nombre total), les radiateurs ne réussissent pas à dégager suffisamment de chaleur, de sorte que mercredi et jeudi passés, la direction a dû renvoyer une vingtaine de classes, parce que les températures étaient trop basses dans les salles (inférieures à 18°C). Les grandes salles de réunion n’atteignent une température normale que si la température extérieure ne tombe pas au-dessous de 0°C. Les radiateurs installés se révèlent maintenant trop petits pour garantir une température suffisante, de sorte que les personnes responsables prévoient d’en installer de plus grands. Dans les salles d’ateliers trop froides aussi, les radiateurs ont été installés au plafond, alors que les élèves apprennent dans le cours de physique que l’air chaud monte et ne descend pas. Une fausse alerte au feu a fait que des fenêtres ne se laissent plus fermer dans la salle de gymnastique, de sorte que le froid y règne.

    Très désagréable est aussi le système de ventilation dans les salles de classe. Du côté des fenêtres, un courant d’air permanent circule du plafond au sol. Les enseignants peuvent y échapper en se déplaçant, mais pas les élèves assis de ce côté. Tant pis pour les frileux et les sensibles ?

    Des stores ne fonctionnent déjà plus, ne se laissent pas monter ou descendre. Les clés des boîtiers des stores ne sont toujours pas disponibles, de même que les clés pour fermer les salles de classe, ce qui rend difficile la surveillance et risque d’augmenter les actes de vandalisme et les vols.

    Sur la plupart des plans d’évacuation, il n’est pas possible de déchiffrer le chemin d’évacuation le plus court que les élèves doivent emprunter en cas d’évacuation.

    Bien que le nombre d’élèves ait quasiment doublé et donc aussi le travail administratif, la Ministre responsable se dit incapable d’engager du personnel compétent supplémentaire. Le personnel technique et d’entretien croule sous le travail et là aussi, on ne veut pas embaucher de la main-d’œuvre supplémentaire. Dans les départements des sciences deux appariteurs font défaut. Les enseignants en sciences naturelles et en biologie sont très en colère. Après un trimestre extrêmement difficile (allers-retours constants entre l’ancien et le nouveau lycée, enseignement dans le nouveau lycée sans aucun matériel didactique disponible, travaux pratiques réalisés dans le nouveau LTMA sans matériel de laboratoire mis en place) et un déménagement laborieux, ils se retrouvent à présent seuls, sans appariteur, pour gérer 6 salles de classe et de TP. Dans ces conditions, ils sont, malgré eux, incapables de réaliser un travail de qualité.

    Bien que le nouveau bâtiment soit gigantesque par rapport à l’ancien, nous avons déjà des classes ambulantes. A quand le retour des »containers« ?

    Bien que la Ministre de l’Education attende de ses enseignant(e)s un enseignement par compétences, elle laisse aux écoles le soin d’organiser le matériel audio-visuel nécessaire.

    La patience de nos collègues est à bout. Trop longtemps, les responsables nous ont pris à froid. C’est difficile de garder la tête froide, quoiqu’on soit bien au froid. Vendredi prochain, les ministres responsables entendent inaugurer officiellement notre nouveau lycée qui, malgré les promesses de remédiation, est encore loin du paradis qu’on nous avait prédit.

    Si la situation actuelle est désagréable pour les enseignant(e)s, il faut souligner que les principales victimes sont les élèves qui sont dans le pétrin toutes les journées durant.

    Sans doute qu’un jour notre lycée sera merveilleux, mais ce n’est pas parce que les élections approchent qu’il faut à tout prix mettre en service et inaugurer un bâtiment qui n’est pas parachevé.

    Madame la Ministre, Monsieur le Ministre, veuillez vous vêtir chaud, car l’accueil risque d’être de glace, au propre comme au figuré…

    Au nom de tous les mécontents du nouveau LTMA, le Comité des Enseignant(e)s vous prie d’agréer, Madame la Ministre, Monsieur le Ministre, l’expression de nos sentiments refroidis.

    le Comité des Enseignant(e)s du LTMA

    Weiterlesen
1 | ... 1422 | 1423 | 1424 | 1425 | 1426 |