Du 7 mai au 6 juin à la galerie Lucien Schweitzer

 »Cityscapes« – Exposition de Vicky Tsalamata

Vicky Tsalamata, artiste graveuse reconnue, professeur à l’École supérieure des Beaux-Arts d’Athènes, expose à la galerie Lucien Schweitzer des œuvres représentatives de son récent travail, le vaste projet intitulé »Cityscapes« (Paysages urbains).

Les monoprints – gravures autonomes uniques, émancipées du procédé de l’impression multiple – les grandes dimensions des œuvres, la technologie numérique, la photographie : autant d’éléments mobilisés dans son travail, qui apportent une réponse rassurante à la question des perspectives d’avenir de la gravure contemporaine.

Vicky Tsalamata a étudié la peinture et la gravure à l’Académie des Beaux-Arts de Bologne, l’histoire de l’art à l’Université de Pérouse. En 1982-1983, elle a poussé ses études dans le domaine de la gravure à la Slade School of Fine Arts de Londres et s’est initiée à l’art du papier au London College of Printing.

Dès la fin des années 1980, elle abandonne les techniques figées de la gravure et se lance dans des expérimentations très diverses sur les moyens d’expression et les matériaux, composant de vastes unités thématiques : »Mer Égée, Stéles Funéraires, Épigrammes, Montagne Magique, Les Messagers, La ville est un Idéogramme, Billboards, Cityscapes. »

Elle fait souvent appel à d’étranges procédés d’ »incision« , par exemple le chalumeau à acétylène sur la surface du fer ; elle force le papier à un rôle actif, au-delà de celui de récepteur passif de l’image imprimée. Plus souvent encore, l’apprivoisement habile et l’amalgame de matériaux hétéroclites, pour constituer l’image gravée, confèrent à l’œuvre la poésie d’une alchimie.

L’ensemble intitulé »Cityscapes« , exposé pour la première fois à Luxembourg, après sa présentation au musée des Arts de Györ (Hongrie), est composé de cinq séries d’œuvres : »Cités utopiques, Écritures de la rue, Muraille de Chine, Figures et Paysages Ephémères« .

Le trait significatif qui les distingue est la mise en valeur de l’écriture conçue à partir de matrices gravées d’un cycle de travail précédent »La ville est un idéogramme« isolé et réemployé, combiné à des impressions numériques d’archives et des photos de paysages urbains provenant de voyages en Chine, en Italie et au Luxembourg.

Vernissage le jeudi 7 mai à partir de 18h à la galerie Lucien Schweitzer, Galerie d’Art, 24, avenue Monterey, 2163 Luxembourg

jeudi 16 avril 2009