Communiqué de presse de »Refresh democracy !« concernant le slogan électoral du ADR :

Quête d’identité

Les organisations signataires de »refresh democracy !« , plate-forme visant une meilleure intégration politique des citoyens étrangers, déplorent le sens que prend la campagne électorale du ADR.

En effet, l’on aura remarqué que le slogan »Mir wëllen erhalen, wat mer hun« n’est qu’une pitoyable caricature de la devise nationale »mir wëlle bleiwe, wat mer sin.« Le leitmotiv de la quête d’indépendance du Luxembourg a été dangereusement et sans gêne malmené aux fins d’un discours abusif sur une perte de l’identité nationale absolument chimérique. Par ailleurs, il s’agit là d’une conception purement matérielle de privilèges nationaux, se souciant plus de l’avoir que de l’être. Cependant, il convient de noter que c’est aussi grâce au concours économique des citoyens étrangers que le Luxembourg a su défendre son indépendance. Quant à l’identité, on osera dire qu’elle n’est pas du tout menacée par l’afflux de citoyens étrangers, mais que ceux-ci poussent au contraire les luxembourgeois à une prise en considération de leur culture et histoire. Ce phénomène a notamment pu être observé depuis le développement de cours de luxembourgeois, dont l’enseignement a déclenché une réflexion nettement plus large sur l’identité culturelle du Luxembourg.

 »Refresh democracy !« reproche encore aux jeunes du ADR leur acquiescement tacite à la politique des aînés, alors qu’ils auraient au contraire dû s’en distancer. Pire, cette politique populiste est encouragée par la présence d’un certain nombre de jeunes sur les listes électorales du parti-mère. Dès les débuts de la plate-forme, les jeunes du ADR se sont abstenus de rejoindre »refresh democracy !« , ce qui en dit long sur leur positionnement.

Plus généralement, la démagogie inacceptable dont fait preuve le ADR n’est en rien un honnête souci de l’identité nationale, qui se définit plus par la valorisation d’une histoire et d’une culture commune, mais bien plutôt un essai de se distinguer des autres partis politiques en consolidant une identité propre – frôlant le nationalisme.

 »Refresh democracy !« se félicite de ce que l’attitude du ADR fasse exception sur l’échiquier politique luxembourgeois. Le refus pur et simple d’une intégration complète des citoyens étrangers, notamment par le biais de la participation politique, est en effet injustifiable au regard du contexte luxembourgeois. »Refresh democracy !« est d’avis qu’il faudrait au contraire permettre à tous les citoyens de participer aux prises de décisions, notamment en accordant aux non-nationaux la possibilité d’accéder aux plus hauts mandats communaux et le droit de vote aux élections législatives.

Nonobstant le comportement du ADR, les organisations signataires continueront à s’engager, tant au sein de leur parti respectif qu’en mobilisant la société civile, en faveur de l’extension de la participation politique des citoyens étrangers et plus largement d’un meilleur vivre-ensemble des communautés vivant au Luxembourg.

Jeunesse Démocrate et Libérale (JDL), Jeunesses Socialistes Luxembourgeoises (JSL), Chrëschtlech Sozial Jugend (CSJ), Déi Jonk Gréng, Déi Jonk Lénk, Jeunesse Communiste Luxembourgeoise (JCL). En collaboration avec l’ASTI.

mardi 7 avril 2009