Liaison ferroviaire Luxembourg-Bruxelles

En deux heures... dans 5 ans

La liaison ferroviaire Luxembourg-Bruxelles, outre à avoir fait couler beaucoup d’encre, agace terriblement les usagers qui, pour des raisons professionnelles ou autres, sont contraints d’emprunter cette ligne régulièrement ou, pire encore, quotidiennement.

Alors que le trajet Luxembourg-Paris, qui représente une distance de 294km, se fait aujourd’hui en TGV en 2h05, il faut compter 2h42 pour parcourir les 227km séparant Luxembourg de Bruxelles. Incroyable mais... vrai !

Cependant, une lueur d’espoir de voir les choses évoluer est apparue durant la visite de travail du premier ministre belge Herman van Rompuy au Luxembourg, fin janvier dernier, le projet Eurocap-Rail ayant été évoqué durant sa rencontre avec son homologue luxembourgeois Jean-Claude Juncker. Ce projet a pour objet la modernisation de la ligne entre les trois villes sièges de l’Union européenne : Bruxelles, Luxembourg et Strasbourg.

Le député Xavier Bettel a voulu connaître plus de détails au sujet de ce projet et a donc interrogé Jean Claude Juncker afin de savoir, d’abord, quelle sera la réduction du temps de parcours, comment y parviendra-t-on et quand sera-t-elle effective?

Il souhaite également avoir plus de précisions au niveau du financement de ces travaux et notamment au sujet des 30 millions d’euros que la Commission européenne a accordé à ce projet en décembre dernier.

Le premier ministre explique que ce projet constituera en fait la prolongation de la ligne Strasbourg-Luxembourg du TGV Est européen, vers Bruxelles. Ce projet était déjà en seconde position sur la liste des projets prioritaires adoptée lors du Sommet de Essen en décembre 1994. Si ce projet est très important pour le Luxembourg, vu la quantité de problèmes que pose la liaison actuelle vers Bruxelles, il se réjouit que du côté de Bruxelles il en aille de même, qu’il y a également une volonté d’aboutir dans les meilleurs délais à une réduction du temps de parcours, et ce, moyennant d’importants travaux de modernisation qui s’imposent véritablement. Les deux réunions bilatérales qui ont eu lieu, le 20 mars et le 19 juillet 2006, montrent l’intérêt que témoignent les deux pays à l’égard du projet EuroCap-Rail.

Pour ce qui est des travaux proprement dits, ils ont débuté en 2006 et devraient prendre fin en 2014. Les différentes phases de ces travaux ont été échelonnées comme suit:

– réélectrification de la ligne, de 2007 à 2013 – améliorations à Gembloux, de 2007 à 2010 – améliorations à Ciney, de 2007 à 2011 – amélioration à Jemelle, de 2012 à 2014 – rectification de 10 courbes entre 2008 et 2014 – adaptation du block automatique en vue de l’augmentation de vitesse à 160km/h entre 2006 et 2014.

C’est ainsi qu’en 2014, une fois les travaux terminés, les trains de catégorie IC, qui devraient être mis en service le plus rapidement possible, devraient être en mesure de réaliser le parcours en 2 heures, soit près de trois quarts d’heure en moins qu’à l’heure actuelle, ce qui sera déjà plus acceptable.

En ce qui concerne l’aspect financier du projet, chaque pays financera les travaux de modernisation de cette ligne sur son territoire. Les 30 millions d’euros pour le projet EuroCap-Rail ont été accordés par la Commission européenne à Infrabel pour la modernisation de cette ligne sur le territoire belge. Le Luxembourg a pour sa part bénéficié d’un financement communautaire de 27 millions d’euros pour la modernisation de cette même ligne sur le territoire luxembourgeois.

S’il faudra encore s’armer de patience pendant cinq ans, il semble néanmoins que cette fois nous sommes en voie de voir le bout du tunnel.

I.P.I

Ivano Iogna Prat : Donnerstag 12. März 2009