Liaison ferroviaire Luxembourg-Esch/Alzette

Pourquoi pas de liaison directe vers Belval ?

Un des arguments principaux avancés pour justifier la construction, dans le cadre de la stratégie »Mobilitéit.lu« , d’une nouvelle ligne ferroviaire entre la capitale et la ville d’Esch/Alzette, est que cette ligne ferroviaire directe sera une liaison, performante, rapide et compétitive entre les deux principaux pôles d’attraction du pays, qui permettra au réseau ferré de rivaliser sur ce tracé avec le réseau routier, en particulier avec l’A4.

Mais voilà, il semble que cette nouvelle ligne ne fasse pas l’unanimité, entre autre du fait que le site de Belval-Ouest, en pleine expansion, ne sera relié à cette ligne que de façon indirecte à partir de Esch/Alzette.

C’est le cas notamment du député Marc Spautz qui constate avec regret qu’aucun des deux tracés, sur lesquels se portent actuellement les discussions, ne prévoient de liaison directe avec Belval. Il ne comprend pas pourquoi on n’envisage pas cette liaison directe, sans passer par Esch/Alzette, une solution qui, selon lui, est certainement plus économique, et mettrait fin aux débats sur les deux tracés envisagés actuellement.
C’est pourquoi il a posé une série de questions à Lucien Lux et Jean-marie Halsdorf, respectivement ministres des Transport et de l’Aménagement du territoire, afin de connaître, tout d’abord, les raisons pour lesquelles il faut passer par Esch/Alzette pour se rendre à Belval et non l’inverse, ce qui, selon lui serait plus logique ?

D’autre part, il leur a demandé s’ils n’estiment pas quelle liaison directe avec Belval coûterait moins aux contribuables que les deux tracés présentés par le ministère des Transports ?

Enfin, il voudrait connaître les raisons pour lesquelles le conseil communal de Mondercange s’oppose à ces deux tracés ?

Dans sa réponse, le ministre des Transports commence par rappeler au député que la connexion du site de Belval au réseau ferré a été étudiée de manière détaillée à l’occasion de la conception du plan directeur de Belval. De plus, il ressort d’études réalisées en collaboration avec les CFL que la liaison ferroviaire directe de Luxembourg avec Belval impliquerait la construction d’infrastructures ferroviaires importantes et complexes, et engendrerait également, toujours selon lui, des conflits urbanistiques importants au niveau du site de Belval.

D’autre part, il souligne le fait que la liaison ferroviaire directe entre les deux villes principales est un des objectifs du programme directeur de 1999. De plus, cette liaison empêcherait le gouvernement et la ville d’Esch/Alzette d’atteindre l’objectif politique qu’ils s’étaient fixés, un nom-bre élevé de voyageurs potentiels résidents à Esch/Alzette ne pouvant tirer profit de la nouvelle ligne.

En guise de réponse à la dernière question, le ministre précise qu’en ce qui concerne les consultations de la population des communes intéressées réalisées par son ministère et les CFL au sujet de la ligne Luxembourg-Esch/ Alzette, la législation en la matière prévoit que les résultats de ces consultations ainsi que les études préliminaires doivent être transmises au Conseil de gouvernement, à qui il revient ensuite de pren-dre une décision en connaissance de cause.

I.P.I

Ivano Iogna Prat : mardi 24 février 2009