Récits : Ecrire la Vie

La vie de Marie Didier a été particulièrement riche et mouvementée. En sa qualité de gynécologue, elle réalisa un nombre considérable d’avortements clandestins, par conviction, par humanisme aussi. A ses yeux, la médecine doit soigner, mais également prévenir. Prévenir qu’une jeune maman n’ait pas à souffrir d’une naissance non désirée. Prévenir qu’un enfant n’ait pas à souffrir de vivre dans des conditions difficiles. Le père de Marie Didier a été tué lors de la Seconde Guerre mondiale. Toute sa vie durant, elle a été marquée par un manque, un vide, une enfance et une adolescence inscrite dans une certaine pauvreté matérielle, mais dans une richesse intellectuelle de qualité. Marie Didier a longtemps vécu en Algérie, où elle a travaillé à l’Hôpital Mustapha. L’Algérie fut un choix de cœur. Son époux, Michel, a déserté l’armée, parce que viscéralement contre cette guerre crétine en Algérie. Dans son récit, publié chez Gallimard (www.gallimard.fr) sous le titre Ils ne l’ont jamais su, Marie Didier raconte, explique, dit, avec un engagement sincère et profond, bien des aspects obscurs de la Guerre d’Algérie, du comportement infect de grand nombre d’hommes et de femmes. Ce livre est d’une profondeur morale et humaine de grande valeur. Elle a bien connu Dekkar, simple facteur, devenu responsable de l’accueil de nombreux exilés algériens en Tunisie. Poursuivi par l’armée française, il fut condamné à mort. Jean, avec ses convictions de paysan breton catholique, sous-lieutenant dans l’armée, fit l’amer constat de la lâcheté de l’Eglise qui demandait aux engagés croyants de ne pas se sentir fautifs, puisque ce sont les chefs de l’armée qui décident. Tuer sur l’ordre d’un gradé n’était donc pas un crime, aux yeux de l’Eglise ! Marie Didier explique qu’elle ne supporte plus ceux qui ont condamné si vertement le nazisme une fois qu’il fut par terre, alors qu’ils en furent de véritables supporters auparavant. Elle en a marre de ces pays qui sont dotés de tueurs et de tortionnaires patentés. Vous l’aurez compris, Marie Didier nage à contre-courant, sans hésiter à dire tout haut ce que d’autres craignent de penser. Voilà un livre témoignage majeur.

Patrick Declerck est l’auteur de plusieurs livres qui ont marqué les consciences. Publié chez Plon (www.plon.fr) dans la collection Terre Humaine, son ouvrage Les naufragés, avec les clochards de Paris a remporté le Prix Livres et Droits de l’Homme de la Ville de Nancy. Publié chez Gallimard, j’avais lu avec beaucoup d’intérêt son livre Le sang nouveau est arrivé, l’horreur SDF, repris en Folio (www.folio-lesite.fr). Je viens de terminer la lecture de son nouveau livre, publié chez Gallimard sous le titre Crâne. Dans ce livre, Patrick Declerck raconte l’opération du cerveau pratiquée sur Alexandre Nacht, double autobiographique de Patrick Declerck, afin de retirer l’essentiel d’une tumeur qui le menaçait depuis des années. Intervention de plusieurs heures, réalisée éveillé et crâne ouvert. Expérience limite à hauts risques que l’auteur décrit dans son livre, pas à pas : l’hôpital, les médecins, son propre corps, cet ennemi qui lui semble maintenant étranger, et sa rage de vouloir survivre malgré tout. Dans ce récit, au travers de Nacht, Patrick Declerck s’observe, pèse le monde, et médite cette agression chirurgicale au siège même de la pensée. Et s’il a survécu à cette intrusion qui a permis de prolonger sa vie, le coût philosophique autant que psychique en est maintenant de ne plus pouvoir échapper, un seul instant, à l’évidence de n’être plus jamais à lui-même que sa propre illusion. Un survivant n’est finalement plus tout à fait vivant.

Professeur à l’Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité, Christine Delory-Momberger, a eu de nombreux entretiens avec Claudette Plumey, née hermaphrodite, plus tard travailleuse du sexe, passionnée dans ses amours et ses fidélités, ainsi qu’au niveau de ses engagements. Le livre La trace - Dits et récits d’une hermaphrodite, travailleuse du sexe de Claudette Plumey et Christine Delory-Momberger, a été publié chez L’Harmattan (www.librairieharmattan. com). Pour commencer, il faut savoir qu’une hermaphrodite est, chez les humains, un individu qui possède à la fois le sexe féminin et le sexe masculin. Mais un seul organe est véritablement fonctionnel ! Claudette Plumey est née à Meknès, dans le nord du Maroc. Sa maman l’habillait en petite fille. Claudette a toujours voulu être reconnue en tant que femme, et tenter d’oublier certains regards péjoratifs dans les moments intimes. Elle se sent femme à 99 % mais, il y a ce petit pour cent qui peut gêner certaines personnes. Les gens la voient au masculin, mails ils la voient au féminin s’ils savent son genre. Si elle fait des interventions en qualité de conférencière, Claudette le fait en tant que femme. De même lorsqu’elle part en voyage, ou lorsqu’elle se prostitue. Un film a été consacré à Claudette Plumey, sorti dans les salles sous le titre Claudette. Ce film a été projeté dans un nombre important de grandes villes, un peu partout, en Suisse, en France, en Allemagne, au Portugal, au Brésil...

Michel Schroeder

jeudi 3 novembre 2016