Quelle mouche piqua Federica Mogherini

Ou comment droite, centre et gauche font aujourd’hui le lit du fascisme

Nombre d’Européens de bon sens furent en droit de se féliciter le 1er novembre 2014 de voir succéder à Catherine Ashton une personnalité également réputée de gauche, comme Federica Mogherini (jadis communiste puis socialiste)(1), donc censément laïque, à la tête de la diplomatie européenne. Illusions, bien sûr, comme à peu près tout en euro-politique! Il y a un an(2), après que la presse libre leur a fait connaître les sympathies, non seulement islamiques, mais franchement islamistes(3) de la nouvelle commissaire, que ses voyages semblent avoir infecté des pathologies religieuses rétrogrades du Golfe, ils sont revenus de loin. N’oublions pas, en effet, combien ces nations et notamment l’Arabie Saoudite et le Qatar, savent se montrer généreuses quand il s’agit de propager l’islamisme wahhabite radical et l’idéologie conquérante des Frères Musulmans.

Certes, j’ignore dans quelle mesure cette vice-présidente de la Commission européenne, «Haut Représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité», s’est exprimée en syntonie ou non avec sa hiérarchie, dont l’attitude était à l’époque encore assez divisée. Quoiqu’il en soit, c’est elle qui s’est faite le porte-parole de tous ceux qui en Europe s’évertuent à promouvoir, autant que faire se peut par leur aveuglement borné, le développement des extrêmes droites. Ceci expliquant sans doute possible l’attitude adoptée depuis, autant par les dirigeants des gauches bien-pensantes que des droites centrisantes, quoi d’étonnant que l’extrême droite xénophobe attrape le vent en poupe et en profite pour accuser de tous les maux les réfugiés des pays musulmans ravagés par la guerre et la famine?

Or, la véritable faute du rejet de ces derniers par une part toujours plus grande des populations européennes ne revient nullement aux réfugiés en tant que musulmans, mais bien à l’islamisme radical politique dont nombre d’entre eux sont gavés par les prêcheurs radicaux propageant leurs doctrines mortifères. Celles-ci – wahhabisme, salafisme et takfirisme – trouvent de plus en plus d’adeptes parmi les musulmans, même à priori modérés, et les poussent à s’aligner sur les prescriptions les plus surannées, rétrogrades, barbares et tombées dans l’oubli, de leur religion. C’est comme si des prêtres catholiques défendaient de nouveau l’Inquisition, avec sa «question» et ses bûchers pour les hérétiques. Guère n’est donc besoin de confondre, comme semble le craindre madame Mogherini, le terrorisme de Daesh, Al Qaïda ou Boko Haram avec l’islam «normal» pour craindre et constater le pire.

Ces prêcheurs esclavagistes nostalgiques des barbaries du passé souvent oubliées, notamment en Afrique du nord et dans le Croissant fertile, rappellent à leurs fidèles tout ce que le Coran, les Hadiths et la Charia, dûment remis mot pour mot à l’ordre du jour, contiennent de pernicieux et de liberticide. Comprenez tout ce contre quoi les Européens ont lutté bec et ongles depuis le XVIIIe siècle. C’est-à-dire qu’ils prônent l’asservissement de la femme et sa privation des droits humains les plus élémentaires, la torture, la peine de mort, la haine des croyants d’autres religions et j’en passe. D’ailleurs, presque tout le monde le sait, mais presque tout le monde, madame Mogherini en tête, feint de l’ignorer et semble vouloir continuer à le feindre jusqu’à ce qu’il soit trop tard. «Mais que voulez-vous à la fin? Provoquer une série de guerre civiles?», écrit un internaute exaspéré sur face-book, en s’adressant aux principaux dirigeants des pays de l’UE.

Les peuples d’Europe ont mis des siècles à se libérer (du moins en grande partie) de la dictature politique exercée durant plus d’un millénaire par l’Église catholique. Et aujourd’hui, lorsqu’enfin la religion a été largement remise à sa place, celle de soutien spirituel et moral pour ceux qui y croient, c’est aujourd’hui que vient cette ex-communiste dévoyée et apparemment retombée en enfance, pour clamer du haut de sa position obtenue qui sait comment, les inepties du siècle? Celles-ci furent reprises par de très nombreux journaux dans toute l’Union européenne(4) et je les ai d’abord découvertes dans des médias italiens fort remontés contre leur compatriote. J’en cite ici la version française: «L’Islam politique a un rôle important à jouer dans l’avenir de l’Europe (...) l’Islam fait partie de l’Europe. Il a sa place dans notre histoire, dans notre culture, dans notre alimentation et plus important encore, dans notre présent et notre futur. Je n’ai pas peur de dire que l’Islam politique doit faire partie de l’équation. La religion joue un rôle en politique. La religion peut faire partie du processus, le tout est qu’il soit démocratique.»

Et bon jour la séparation entre église et état! Bravo, Madame: voici proclamé urbi et orbi le retour d’une Europe sécularisée à un obscurantisme religieux beaucoup pire que celui de l’église catholique avant les Lumières, puisque enraciné dans les coutumes tribales des bédouins rétrogrades du VIIe siècle et n’ayant pratiquement pas évolué depuis! Notez, amis lecteurs, qu’il n’en a pas toujours été ainsi. L’islam qui s’était répandu sur tout le pourtour méditerranéen, au Moyen-Orient et en Inde entre le VIIIe (de la Perse à la péninsule ibérique) et le XVIIe (Inde, empire Moghol) s’est partout enrichi des prodigieuses cultures locales qu’il a rencontrées au cours de ses conquêtes. Cet enrichissement lui a permis de donner naissance à des centaines de variantes beaucoup plus spirituelles, comme le soufisme, plus humaines, tolérantes et cultivées.

Le malheur – c’est ce qu’oublie madame Mogherini –, c’est que l’islam qui se répand depuis quelques décades au Moyen-Orient, en Afrique et en Europe, n’a plus rien de cet islam universaliste dont se nourrirent et que réinterprétèrent les Avicenne, Averroès, Ibn Khaldoun, Bourguiba et autres Youssef Seddik. L’islam de l’islamisme (islam politique) contemporain est celui que diffusent à coup de pétrodollars les monarchies du Golfe, nos complices dans la promotion de ce terrorisme destiné à renverser les incommodes Saddam, Ghaddafi et Assad, qui a fait de nous et de nos alliés US-américains les arroseurs arrosés par excellence.

Or, il est évident que lutter contre les convictions de gens qui ignorent tout des droits de l’homme, de la femme et de l’enfant et n’en respectent aucun, se révèle de plus en plus difficile avec les moyens dont dispose l’état de droit. Si l’on continue à donner du mou chez nous aux prescriptions de la charia, toute normalisation des rapports entre européens chrétiens, agnostiques ou athées et musulmans, sera bientôt impossible. En effet, même les populations les plus ouvertes et tolérantes seront à tel point exaspérées par le culot monstre dont font preuve les islamistes et par le silence imposé à la presse dominante par les autorités sur leurs perversions, crimes et délits, qu’elles finiront fatalement par se tourner vers des exutoires extrêmes, gravides de guerre civile. Dirigeants d’Europe, réveillez-vous !

Un siècle durant (± 1845 – 1945), les Européens fuirent en masse la misère, les tyrannies et les persécutions raciales et idéologiques pour se réfugier outre-mer. Aujourd’hui, c’est à eux de rendre la pareille. Aussi, les réfugiés des pays ruinés par la guerre, la famine et les persécutions, qu’ils soient musulmans ou autres, seront toujours les bienvenus en Europe. Nous sommes cependant en droit d’exiger d’eux qu’ils respectent nos lois, notre culture et nos coutumes sans essayer de nous imposer les leurs. Et ils ne sont les bienvenus que s’ils acceptent de respecter sans réserves les droits de l’homme, de la femme et de l’enfant, tels que définis par la charte des droits fondamentaux de l’Union Européenne du 18.12.2000 et vivre en conformité avec cette charte. À bon entendeur salut !

Giulio-Enrico Pisani

* * *

1) Inscrite en 1988 à la Fédération de la Jeunesse communiste italienne (FGCI), elle rejoint en 1996 la Jeunesse de gauche (Sinistra Giovanile), organisation qui succède à la FGCI après la dissolution du Parti communiste italien et la constitution du Parti démocrate de la gauche (PDS). Devenue en 2001 membre du conseil national des Démocrates de gauche (Extr. de Wikipedia)

2) Federica Mogherini lors de «l’Appel à l’Europe V: l’Islam en Europe», Congrès FEPS, «L’action extérieure de l’UE – European Union External Action» – du 25 Juin 2015

3) Pour mémoire: islamique = qui a trait à l’islam (synonyme de musulman) ; islamiste = qui a trait à l’islam politique et vise une gouvernance +/- conforme à la charia (loi islamique)

4) Par exemple sur Breiz Atao, quotidien breton, où l’on accuse la majorité socialiste française de soutenir le mouvement musulman intégriste salafiste (dans la ligne de l’Union Européenne) : http://breizatao.com/2015/07/31/brest-comment-la-majorite-socialiste-soutient-lexpansion-salafiste-et-pourquoi/

Freitag 22. Juli 2016