Polars

Y-a-t-il un cadavre dans la cave ou ailleurs ?

L’écriture de romans policiers, dont l’action se déroule en terres et lieux de chez nous, est devenue une passion pour Vic Fischbach, venu tardivement à l’écriture, après une carrière merveilleusement étoffée et diversifiée. Né par un beau jour de printemps du mois de mai 1922, Vic Fischbach, a réussi, à fidéliser très rapidement un grand nombre de lectrices et de lecteurs, désormais attentifs à ses rendez-vous policiers. Son talent a réussi à me conquérir, par sa vivacité, son intelligence, mais aussi par un suspense distillé à petites doses savantes. Sept romans policiers de Vic Fischbach ont été publiés jusqu’à présent : D’Haus am Härewee, Viele weisse Westen, Scopolamin oder der Pferdekiller, D’Piccadilly Lilly, Eine Flasche zu viel, Kokain, Der Tote auf der Nuck. Les romans de Vic. Fischbach sont de véritables joyaux de suspense, dont l’action locale se déroule principalement dans les régions de Mersch, Schieren, Ettelbrück et Diekirch. Entre Schieren et Ettelbrück, dans la belle vallée de l’Alzette, vous trouverez le lieu-dit « Grentzingen ». En cet endroit pourtant d’habitude si paisible vient de se dérouler un fait épouvantable. La chapelle est en flammes et les pompiers trouveront 3 cadavres parmi les décombres. Le commissaire principal Jean Markus ne croit absolument pas à la thèse du hasard, ni à celle de l’accident. Ces personnes ont été assassinées. Il demandera au commissaire principal de la P.J de diligenter l’enquête. Les victimes appartiennent toutes à une famille de demandeurs d’asile, des kurdes venus du Nord de l’Irak. Aucune piste encore quandt au mobile : crime d’honneur ou crapuleux crime raciste ! Ce nouveau roman a été publié sous le titre Mord in Grentzingen. Victor Fischbach est âgé de 94 ans, puis-je vous livrer un secret ? Il est déjà en plein travaux d’écriture de son 9ème polar. Félicitations à ce talentueux auteur. Vous trouverez les romans de l’auteur dans différentes librairies. Il vous est également possible de vous adresser directement à l’auteur : par fax au 44.51.62 ou via e-mail à cosmos@pt.lu.

Katrine Hedstrand, journaliste, vit à Londres. Lorsqu’elle est rappelée à Stockholm au chevet de sa mère qui n’a plus toute sa raison, elle découvre dans les papiers personnels de celle-ci les courriers insistants d’une agence immobilière qui propose des sommes considérables pour une maison située au nord de la Suède, à la frontière avec la Finlande. Katrine, qui n’a jamais entendu parler de cette maison et ne connaît même pas la région natale de sa mère, décide de partir pour Kivikangas. Elle arrive dans une communauté bouleversée par un crime terrible : Lars-Erik Svanberg, un homme âgé qui vit seul depuis des années, a été retrouvé mort, la tête fendue en deux à la hache. Elle ne va pas tarder à soupçonner que Svanberg en savait long sur l’histoire de Kivikangas et qu’il aurait pu lui apprendre beaucoup sur les jeunes années de sa propre grand-mère. Au point où les vies intimes rencontrent les événements les plus tragiques de l’Histoire, Tove Alsterdal, a tissé avec son polar Dans le silence enterré, publié au Rouergue Noir (www.lerouergue.com), qui est tout ensemble un récit des années 1930 et le portrait de cette contrée de neige et de glace où les destins d’une poignée de jeunes gens idéalistes sont séparés à jamais, un texte au suspense brillant.

J’avais déjà adoré le premier thriller de Joy Castro, Après le déluge. Aujourd’hui elle vient de publier un thriller d’une grande efficacité, au suspense absolu, sous le titre Au plus près, dans la Série Noire chez Gallimard (www. gallimard.fr/folio-lesite.fr/ foliopolicier/ www.facebook. com/gallimard.serie.noire). Le matin est calme, humide, le soleil à peine levé, lorsqu’une silhouette banale en short bleu et T-shirt s’éloigne en courant du lac, s’accroupit pour poser quelque chose dans l’herbe, puis encore un peu plus loin, avant de sprinter entre les chênes pour gagner une rue adjacente. Les oiseaux chantent. Un moteur ronronne et un 4x4 noir s’insère dans le trafic du matin. Mais avant ce qui semble avoir été un instant idyllique, il a étranglé une femme, une femme pourtant si jolie. Elle, la journaliste Nola Céspedes, rédige des articles qui parlent de viols et de meurtres, de saisies de drogue. Le crime est en quelque sorte son métier. Mais certains la considèrent comme un monstre, parce qu’elle a tué un homme qui a enlevé, violé et tué des femmes arrachées aux rues de la Nouvelle-Orléans. D’autres pensent qu’elle est une fille pleine de courage, une héroïne des temps modernes qui a éliminé un prédateur sexuel en un acte d’autodéfense. Aujourd’hui est un nouveau jour, alors que la Nouvelle-Orléans vient tout juste de s’éveiller. Alors qu’elle fait son jogging matinal dans un parc, Nola Céspedes, se retrouve au beau milieu d’une scène de crime. Et elle connaît la victime : il s’agit de Judith Taffner, son ancienne professeur de journalisme. Sachant à quoi s’en tenir sur l’efficacité des policiers locaux, Nola décide de mener sa propre enquête. Taffner s’intéressait de près à des affaires sensibles, dont celle d’un vieil homme noir abattu par la police dans des circonstances douteuses. Est-ce là ce qui a provoqué sa perte ?

Michel Schroeder

vendredi 1er juillet 2016