Du 30 octobre au 15 novembre

Festival du Film Italien de Villerupt

Cette année le Festival du Film Italien de Villerupt a choisi de mettre à l’honneur la région Frioul-Vénétie Julienne et sa Film Commission. C’est une région du nord-est italien qui confine avec l’Autriche et la Slovénie. Elle a été le théâtre d’affrontements meurtriers pendant la Grande Guerre. La bataille pour Gorizia a laissé un souvenir impérissable dans une chanson (Oh Gorizia tu sei maledetta…).

C’est dans le Frioul, à Casarsa, qu’est né Pier Paolo Pasolini le 5 mars 1922. Ses premiers poèmes rassemblés dans « La nuova gioventù », 1941-1974, sont en dialecte frioulan.

La Cineteca del Friuli a vu le jour parmi les décombres du tremblement de terre de 1976. Elle se trouve justement à Gemona, l’une des villes les plus touchées par la catastrophe.

À Pordenone ont lieu chaque année depuis 1982 « Le giornate del cinema muto », l’un des rendez-vous les plus importants dans le domaine du cinéma des origines.

À Udine, depuis 1999 le cinéma asiatique est à l’honneur dans le Far East Film Festival.

À Trieste se tiennent deux festivals importants, le « Festival del cinema latino-américain », créé en 1986, le « Trieste Film Festival », créé en 1988 et « Trieste Science+Fiction », crée en 2000.

Trieste est le siège de la Friuli Venezia Giulia Film Commission qui a été créée en 2000 et a contribué à plusieurs centaines de tournages de films, de documentaires, de spots publicitaires, de clips vidéo… Elle a soutenu plus 40 longs-métrages de fiction.

Le 23 mai 1915 l’Italie déclara la guerre à l’Empire Austro-hongrois contre lequel s’était réalisée cinquante ans plus tôt l’unité du pays. Mais des contentieux demeurent, et l’Italie revendique entre autres le Trentin et la Vénétie Julienne encore autrichiens.

Trento et Trieste sont les villes symboles de cette reconquête. S’ouvre en 1915 le troisième front de la Grande Guerre.

La Grande Guerre a donné lieu à une floraison d’oeuvres littéraires d’inégale importance, de la grande poésie de Giuseppe Ungaretti (1888-1970) qui a combattu sur le front, aux romans qui relatent la vie des soldats et des civils, aux innombrables journaux de guerre.

Le premier film fut « Maciste alpino » de Giovanni Pastrone, 1916 qui transposait dans le conflit, trois ans plus tôt par son péplum « Cabiria ». Avec La grande guerra Mario Monicelli remporte en 1959 le Lion d’Or à la Mostra de Venise. Il faut attendre 1970 pour que Francesco Rosi revienne sur le sujet avec « Uomini contro ».

À l’occasion du centenaire de la Grande Guerre, un certain nombre de films ont repris le sujet. Rétrospective organisée avec le concours du Ministero degli Affari Esteri et de Luce Cinecittà
38ème édition, du vendredi, 30.10 au dimanche 15.11.

Partenaire du festival depuis 9 années consécutives, le Centre culturel Kulturfabrik proposera tout au long du festival : projections au Kinosch (salle officielle), spécialités culinaires proposées par le restaurant Boccon di Vino au Ratelach et un concert gratuit.
Kulturfabrik, 116 rue de Luxembourg à Esch/Alzette.

jeudi 13 août 2015