32e Festival des migrations

Dans dix jours il sera de retour

Ils sont longs à passer les 365 jours qui séparent une édition du Festival des migrations, des cultures et de la citoyenneté de la suivante... C’est du moins ce que ressentent ceux, toujours plus nombreux, pour qui le festival est devenu un rendez-vous annuel à ne manquer sous aucun prétexte.
Qui aurait pu penser, lors des premières éditions, qu’il y aurait un jour près de 30.000 visiteurs qui passeraient par le festival ? Et c’est pourtant devenu une réalité lors des dernières éditions.

Le secret de ce succès... Le Clae à réussi à concocter un cocktail qui plait à tout ceux qui, indépendamment de l’âge et de l’origine, aiment sortir du train-train quotidien, voyager, se dépayser, élargir leur horizon, rencontrer des gens différents, apprendre à les connaître et à s’enrichir mutuellement en partageant leurs cultures.

Et quand tout cela est à la portée de tous, et qu’il suffit pour vivre cette belle expérience enrichissante de se rendre à LuxExpo, il est logique que le succès soit au rendez-vous. C’est ce qui explique que, d’année en année, cette «grande famille» s’élargit et se diversifie toujours plus.
A l’occasion de cette 32e édition on en est arrivé à 400 stands associatifs. Et, logiquement, le Clae se réjouit de l’arrivée d’un nombre important de nouvelles associations qui contribuent à enrichir, encore davantage, le festival.

Comme de coutume, cela commencera le vendredi soir, et cette fois par une soirée qui nous permettra de mieux connaître le Cap-Vert avec, à 18h30, une table-ronde sur le thème «Coopération entre le Cap-Vert et le Luxembourg, un exemple de coopération européenne», et avec, à partir de 21h, la soirée Libre Cap-Vert, qui débutera par le concert du Cassandra Lobo Group, de la «World Music», avec un fort élan des années 70 dans le style Afro-Zulu - Jazz/Rock, et qui se poursuivra avec Cabolux, qui animera la fin de soirée au son d’une musique de style créole, inspirée des rythmes africains et capverdiens, auxquels se mêlent des accents de hip hop, rap, reggae, ou encore de zouk.

Quant au samedi soir, il y aura la Soirée Flamenco-Fusion-Salsa, avec à 21h30, le groupe catalan Lenacay, un projet musical qui fusionne le flamenco à d’autres expressions musicales (rock, soul, électro). Il sera suivi par le groupe El Cartel de la Salsa de Trèves, composé de onze musiciens originaires de Cuba, de Colombie, de France, de Hongrie et d’Allemagne. L’orchestre excelle dans les rythmes des Caraïbes comme la salsa, le merengue, la cumbia ou encore la bachata.

Le principal souci du Clae étant de permettre à tous de participer à ces soirées festives, l’entrée est libre pour les quatre concerts.
Vu son ampleur, il est impossible de reprendre, ne fût-ce que les points culminants du programme, dans un article, et il est donc préférable que vous le découvriez par vous-même sur le site du Clae (www.clae.lu), où il est présenté avec une foule de détails.

Une chose est certaine, on ne sort jamais du Festival des migrations comme on y est entré. Si le visiteur est ouvert au monde extérieur, s’il ne vit pas bien sûr reclus dans son petit monde à lui, dans son cocon impénétrable, il en ressort à chaque fois plus enrichi, tant au niveau humain, que culturel. Il est clair que pour vivre tous ensemble en harmonie, il faut que les gens se rencontrent, dialoguent, apprennent à se connaître... Et il n’existe rien de tel que le Festival des migrations pour le faire. Ce festival est un véritable outil d’intégration, unique en son genre dans la région.

Alors, rendez-vous les 3, 4 et 5 mars prochains à LuxExpo. L’ouverture des portes aura lieu le vendredi soir à 18h. Le samedi on pourra y accéder à partir de 12h, et le dimanche à partir de 11h. Vu l’affluence, vous pouvez aussi vous y rendre en bus (lignes 1, 12, 18)

I.P.I.

Ivano Iogna Prat : Mittwoch 4. März 2015