Les investissements à Bettembourg-Dudelange s’élèvent à 221 millions euros

Nouveaux terminaux intermodaux rail/route

Les nouveaux terminaux intermodaux rail/route Bettembourg-Dudelange jouent un rôle essentiel dans la stratégie du Groupe CFL.

Les terminaux en construction lieront Luxembourg aux ports de la Mer du Nord, de la Baltique et de la Méditerranée ainsi qu’aux principaux centres industriels européens. Le Luxembourg est desservi par le corridor Rotterdam – Anvers – Bettembourg – Bâle / Lyon.

Les flux de marchandises provoquent plus de 40 % des émissions de CO2 du secteur des transports et plus de 10 % des émissions totales. Avec la promotion du transfert modal, les CFL suivent leur crédo « Mir huelen d’Camionen vun der Stross ! », économisant 210.000 tonnes de CO2 en 2016 et jusqu’à 525.000 tonnes en 2025.

Les nouveaux terminaux se présentent sous forme d’un triangle délimité par la gare de triage à l’Est, par la ligne ferroviaire vers Dudelange à l’Ouest et par l’autoroute A13, dite collectrice du Sud, au Sud.

Cette infrastructure permettra l’extension des possibilités de chargement et de déchargement de semi-remorques sur des trains, le chargement et le déchargement de conteneurs, ainsi que l’entreposage de semi-remorques et de conteneurs.

Au Luxembourg les 750 entreprises relevant du secteur logistique et employant près de 13.000 personnes peuvent développer leurs offres de services en s’appuyant sur trois plateformes multimodales constamment adaptées et modernisées, à savoir le centre de fret aérien à l’aéroport, le port fluvial de Mertert et les terminaux intermodaux rail/route. La future plate-forme logistique multimodale à Bettembourg/Dudelange est censée accélérer l’intégration du secteur dans le réseau logistique.

Le transport multimodal va augmenter la part du fret ferroviaire dans le modal split. Il consomme 70% moins de C02 que le transport routier par voie classique. La plate-forme logistique multimodale de Bettembourg-Dudelange permet de tripler les économies au niveau de C02 par rapport au transport routier entre 2015 et 2025.

La partie du cours d’eau située en amont de l’autoroute A13 sera renaturée sur une longueur d’environ 300 mètres de façon à ce que l’eau y retrouve son lit initial permettant la création d’un habitat humide à haute qualité environnementale.

Les mesures compensatoires seront exécutées au plus tard endéans les deux ans qui suivent la délivrance de l’autorisation. L’installation d’une végétation herbacée à haute valeur écologique de près de 1,2 ha à ses berges, trois mares seront créées à proximité de la Diddlengerbaach voire des arbustes et arbres indigènes plantés le long de son cours. Un bois de plus de deux ha, composé de chênes et de charmes, sera planté à proximité du ruisseau.

La superficie totale du terrain est de 32 ha et la fin des travaux est prévue pour 2016. Le budget total s’élève à 221 millions d’euros.

vendredi 2 janvier 2015